Planification VRD

Vers une meilleure intégration de logistique urbaine dans les documents réglementaires de planification ?

Raphael Logistique et territoire, Logistique urbaine Leave a Comment

Quelle est la prise en compte de la logistique urbaine aujourd’hui par les AOM ?

 

Le Plan de Déplacements Urbains (PDU), défini par la loi LAURE de 1996, est un document incontournable de la planification d’une Autorité Organisatrice de la Mobilité (AOM) :

 

« Le plan de déplacements urbains détermine les principes régissant l’organisation du transport de personnes et de marchandises, la circulation et le stationnement dans le ressort territorial de l’autorité organisatrice de la mobilité. »

 

L’organisation de la logistique urbaine est donc un de ses objectifs, au même titre que celle de la mobilité des personnes, sur un territoire donné. L’enjeu est notamment de réduire les impacts du transport de marchandises sur la circulation et l’environnement.

 

Ainsi, de nombreuses AOM ont inclus des volets marchandises à leur PDU. Ceux-ci comportent une liste d’actions à réaliser à différents termes, mais elles peinent à être mise en œuvre de manière opérationnelle.

 

Planification PDU

Source :  Cerema

 

Aussi, certaines collectivités et communes n’hésitent plus à aborder la thématique à travers des actions innovantes pour des problématiques locales, hors du cadre des documents réglementaires :

 

  • Afin de mieux organiser l’acheminement des livraisons, une commune est amenée à réorganiser l’implantation de ses aires de livraison pour accueillir la majeure partie des flux sur des espaces dédiés, à travers un Schéma Directeur des Aires de Livraison.

 

  • Lors d’un chantier important sur l’espace public, une collectivité est amenée à analyser l’impact de ce dernier sur les livraisons du centre-ville afin de proposer un outil logistique temporaire venant compenser les nuisances la durée du chantier.

 

Ces actions sont à valoriser et à encourager, mais surtout à inscrire dans politique globale et prospective.

 

 


Le CEREMA a lancé une enquête auprès des chargés de planification des déplacements et de logistique urbaine des AOM. L’objectif est de mieux connaître le traitement du volet marchandises par les PDU ou les autres documents réglementaires de planification.

 

Cette enquête alimente une plus large étude menée par le CEREMA concernant la prise en compte de la logistique dans les PDU. Cette étude est née du constat que le transport de marchandises en ville constitue un objectif « historique » des PDU, avec des attentions fortes dans les années 1990 et 2000 mais qui peine à se concrétiser : manque de compétence au sein des AOTU, sujet non abordé dans certains documents, pas de référent bien identifié… Il est donc temps de faire état de la prise en compte actuelle de ce sujet dans ce document réglementaire incontournable !

 


 

 

A noter que cette année, la métropole de Toulouse travaille sur la réalisation d’un « Plan de Déplacements de Marchandises » qui se veut être un document de planification et de mise en œuvre d’actions sur le territoire métropolitain. Un vrai PDU des marchandises !

 

 

Mais pourquoi mieux intégrer la Logistique Urbaine dans les documents réglementaires de planification?

 

Explosion des livraisons à destination des particuliers en lien avec le e-commerce, croissance constante des flux de marchandises… La planification des fonctions de distribution au sein des centres urbains sera l’un des enjeux majeurs des années à venir sur les territoires métropolitains et d’agglomération.

 

Un apport de connaissances

 

L’intégration de la logistique urbaine dans des documents de planification oblige une collectivité à dresser un diagnostic complet du transport de marchandises sur l’ensemble de son territoire. Ainsi, elle permet de produire des connaissances solides à grande échelle :

  • origine-destination (pôles générateurs de mouvements),
  • volume de flux,
  • parts modales,
  • typologie des véhicules,
  • réglementations en vigueur,
  • jeux d’acteurs (publics et privés),

 

La définition d’une stratégie

 

Une fois le diagnostic posé, il est alors possible de définir les enjeux auxquels la collectivité souhaite répondre sur les décennies à venir. Les actions qui en découlent sont alors au profit d’une anticipation des besoins en logistique à long terme comme la prise en compte des projets futurs, les réserves de foncier qui en découlent, le maillage des outils logistiques, le développement des moyens de contrôle, la mise en place de dispositifs d’évaluation des mesures, …

 

Vers une culture commune du sujet

 

Enfin, au même titre que la mobilité des personnes, la construction des actions « marchandises » doit se faire en collaboration avec l’ensemble des acteurs impliqués dans la chaine logistique :

  • collectivités (élus et services techniques)
  • transporteurs
  • commerçants
  • grandes enseignes
  • associations
  • particuliers

 

C’est par cette co-construction que la logistique urbaine deviendra un sujet appropriable par tous où chaque acteur sera conscient de son rôle à jouer.

 

 

Cette réflexion fait écho au contexte politique du moment avec la Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM), qui sera bientôt rendue publique et devant éclairer les AOM sur leurs compétences en logistique urbaine. Ainsi, la logistique urbaine devient une thématique à part entière à l’échelle d’un territoire, dont les acteurs disposent d’une vision à long terme des enjeux et solutions à mettre en œuvre.

 

C’est pourquoi Interface Transport accompagne depuis plus de 25 ans de nombreuses collectivités et acteurs publics souhaitant faire du transport de marchandises en ville un champ d’action en faveur d’une ville durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 13 =